LA PAIX AU MOYEN-ORIENT ? RIEN DE PLUS SIMPLE !

par Sangchaud Pensa (N° 139 - novembre-décembre 2000)

 

A l'heure où sont rédigées ces lignes, Palestiniens et Israëliens se canardent tant qu'ils peuvent et le processus de paix a tellement de plomb dans l'aile qu'il est aussi cloué au sol que le «Concorde».

Pourtant, la communauté internationale fait des pieds, des mains et des langues pour tenter de rabibocher quelque peu les deux antagonistes qui se disputent une «terre promise» (encore une promesse mal tenue !) dont chacun revendique l'ancestrale possession.

A seule fin d'être utile à mes frères humains des deux camps, je propose ci-dessous ma petite recette de paix garantie cent ans pièces et main d'oeuvre, dont j'admets qu'elle est, dans l'état actuel des esprits, à peu près inapplicable, mais sans doute pas davantage que toutes celles qui ont déjà échoué.

Au minimum, elle fournira peut-être à nos politiciens planétaires de quoi nourrir leurs réflexions (car je sais qu'ils lisent tous «L'Ere nouvelle» avec la plus grande attention) et en tireront-ils quelques idées qui pourraient, une fois enrobées d'une dose adéquate d'hypocrisie internationale (qu'on appelle «diplomatie» dans le beau monde), déboucher sur quelques mesures moins radicales aboutissant par des voies détournées au résultat approprié. Car s'il est vrai que sur cette planète l'intelligence en prend tous les jours plein la gueule, tout comme la nature elle ne perd jamais ses droits. (C'est du moins par cette formule consacrée qu'on se rassure dans les chaumières.)

Donc, oyez ! oyez ! braves gens d'Ismaël et d'Israël et faites votre profit de ces recommandations désintéressées que me dicte mon expérience de l'humanité accumulée au cours de mes pérégrinations dans les méandres de l'Histoire.

La recette de la paix au Moyen-Orient est d'une simplicité biblique, talmudique et coranique. La voici dans sa nudité adamique et abrahamanique :

alpha) - Il convient de créer un Etat palestinien concrétisé dans les territoires de Cisjordanie et de Gaza, et qui, reconnu par la communauté internationale, sera membre de l'O.N.U. à part entière.

bêta) - Il conviendra que les deux Etats palestinien et israëlien se reconnaissent et se garantissent mutuellement, signent un pacte de non-agression et des accords de libre circulation entre eux des biens et des personnes. Chacun d'eux pourra installer sa capitale dans un faubourg de Jerusalem, l'un à l'Est et l'autre à l'Ouest, capitales dont aucun bâtiment officiel ne pourra être édifié à moins de 7 kilomètres de la mosquée d'El Aksa.

gamma) - Il conviendra de déclarer Jerusalem intra muros ville internationale, ouverte et laïque, sous protection des Nations-Unies et interdite à toutes les formations politiques, ainsi qu'à tout port d'arme.

Si ce plan de paix, dont, j'en conviens, la logique est si évidente qu'elle en frise l'utopie, devenait réalité par les grâces éternelles réunies de Moïse, Jésus et Mahomet, dont on est en droit de se demander ce qu'ils peuvent bien foutre pendant que leurs zélateurs s'étripent (mais peut-être n'ont-ils pas la télévision), on verrait se dessiner un formidable développement économique de toute la région, grâce à l'association miraculeuse des capacités technologiques israëliennes, de la force de travail actuellement inemployée des masses musulmanes et des investissements de capitaux internationaux attirés par une expansion enfin débarrassée des conflits récurrents.

Nul doute alors que n'apparaisse un nouvel Eldorado en ces lieux jusqu'alors victimes de la malédiction divine, satanique et plus qu'humaine.

Ainsi soit-il !

Sangchaud PENSA

 

P.S. - On me chuchote que les extrémistes religieux des deux bords feraient tout pour saborder un tel processus, si d'aventure il prenait quelque consistance. C'est en effet à prévoir. Aussi ferai-je une suggestion complémentaire : Il serait sans doute utile de convertir à l'athéisme, sous menace du peloton d'exécution, les croyants de toutes obédiences qui hurlent à la mort dans Jerusalem au nom de leurs différents «dieu unique».

C'est une méthode extrêmement efficace, inspirée de celle qu'employa autrefois Clovis en Gaule pour convertir ses Francs au christianisme sous menace de les hacher menu à coups de francisque. Elle a en outre l'avantage de défier les siècles, puisqu'aujourd'hui encore de nombreux descendants de ces Francs convertis à l'arme blanche se disent naïvement chrétiens par idéal, bien que les folies sanguinaires de Clovis et de quelques autres prédicateurs impitoyables soient inscrits en toutes lettres dans les livres d'Histoire.

On m'objecte qu'une telle méthode serait de nos jours impraticable. Sous l'oeil des caméras, c'est évident. Mais la communauté internationale ne manque pas de services secrets d'une remarquable productivité qui sauraient sans nul doute conduire cette conversion massive dans la plus parfaite discrétion. Car si la fin ne justifie pas les moyens, du moins parvient-elle aisément à les camoufler.

Enfin, vous en ferez ce que vous voudrez...

Retour à la page d'accueil : un clic sur > index.html

Retour à la page sélection